Critique: Inception (IMAX)

Inception est un des films que j’attendais le plus ardemment. Les quelques images que j’avais vues avaient piqué ma curiosité au vif. Ajoutez à cela un réalisateur de talent (Christopher Nolan) et un casting alléchant (Leonardo DiCaprio, Marion Cotillard, Ellen Page) et vous avez la combinaison parfaite, tout au moins sur le papier.

Restait à choisir un salle à la hauteur de l’idée que je me faisais du film… C’est pour cette raison que j’ai choisi la salle IMAX du Pathé Quai d’Ivry. Pour moi l’IMAX était réservé aux parcs d’attractions pour voir des documentaires tournés pour l’occasion, c’était la première fois que j’allais voir un long métrage dans ce format.

Bien placé au milieu de la salle, j’ai d’abord été impressionné par la taille de la toile blanche tendu devant mes yeux.  La qualité de l’image est excellente, (je vous conseille de vous placer le plus au milieu possible et pas trop près), pas une poussière, pas un défaut! Mais ce qui m’a halluciné le plus, c’est le rendu sonore de la salle. Tout simplement sans équivalent avec ce que vous pouvez vivre dans une salle « normale ». La salle IMAX délivre 12.000 watts de son avec des basses capable de faire frémir vos pop corns et transpercer votre cage thoracique. Et croyez moi, la bande son de Inception est percutante.

J’étais donc dans des conditions parfaites pour découvrir ce film. Et quel film! Inception est la preuve qu’on peut faire un film à très grand spectacle intelligent et complexe.  Le synopsis: « Dom Cobb (Leonardo Dicaprio) est spécialisé dans dans l’art de l’extraction. Cela consiste à s’approprier les secrets les plus précieux d’un individu, enfouis au plus profond de son subconscient, pendant qu’il rêve. Très recherché pour ses talents dans l’univers trouble de l’espionnage industriel, Cobb est aussi devenu un fugitif traqué dans le monde entier qui a perdu tout ce qui lui est cher. Mais une ultime mission pourrait lui permettre de retrouver sa vie d’avant – à condition qu’il puisse accomplir l’impossible : l’inception. Au lieu de subtiliser un rêve, Cobb et son équipe doivent faire l’inverse : implanter une idée dans l’esprit d’un individu. »

Je trouve cette idée brillante et Christopher Nolan (l’idée originale est de lui) a su la transformer en un film brillant. Inception nous plonge au cœur de ce qui fait de nous des êtres humain: l’imagination, cette capacité à créer des mondes et à les partager. D’un point de vue technique, Inception est parfait. Je n’utilise pas souvent ce qualificatif mais dans ce cas, c’est mérité. Le jeu des acteurs est irréprochable et le casting impeccable. Malgré une apparente complexité du scénario, on n’est jamais perdu. C’est une prouesse car le réalisateur n’a pas hésité à construire sur le modèle des rêves qui s’y trouvent. Je pourrais continuer comme ça pendant encore quelques lignes, pour vous parler de la musique par exemple intense et parfaitement adaptée, de la photo glaciale… mais le mieux c’est que vous alliez voir par vous même!

  • note:
  • salle et horaire
  • durée: Inception dure 2h28, en temps de rêve cela ne représente pas plus de 7mn, un peu près le temps que j’ai eu l’impression de passer dans la salle de cinéma :mrgreen:

Julien

Je blogue, donc je suis. Pour en savoir plus sur moi, je vous invite à cliquer sur la page "qui suis-je".

5 thoughts on “Critique: Inception (IMAX)

  1. Alors ça, c’est une critique qui donne envie d’aller se faire une toile !
    Par contre, si au final on a l’impression de rester 7 minutes dans la salle, ça revient cher la minute…

    Merci, je n’avais pas vraiment prêté attention à cette sortie, je vais me jeter dessus.

  2. oui enfin 2h28 plus tout le temps après ou tu te retournes le cerveau…. plus les discussions interminables avec tes amis  » mais non la toupie c’est pas son totem à lui »… plus le visionnage du film une 2 eme fois pour revoir tout ce que t’as loupé…
    et même en temps rêvé ça fait pas mal….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *