Critique: Oblivion

Oblivion pourrait être traduit par « oubli » ou plus exactement un état dans lequel on a pas conscience de ce que l’on est ou de ce qui nous entoure. C’est le titre du dernier film de science-fiction de Joseph Kosinski, le réalisateur qui a réinventé Tron. Il ne m’en fallait pas plus pour m’enfermer dans une salle de ciné hier soir.

Oblivion est un bon film de SF. Ce n’est pas un chef d’oeuvre et il ne révolutionne pas le genre comme ont pu le faire des Alien, Blade Runner ou Matrix mais c’est une machine bien huilée qui procure sans aucun doute beaucoup de plaisir aux amateurs du genre. Il aurait pu être vraiment très bon mais il souffre malheureusement de quelques « défauts » rédhibitoires:

Un peu trop centré sur Tom Cruise. Heureusement que Tom est bon et arrive miraculeusement à faire – presque – oublier qu’on le voit partout. Je pense que le film aurait gagné à mettre en scène un inconnu.

Des seconds rôles effacés: c’est la conséquence du premier point. Trop de Tom Cruise = moins des autres!

Olga Kurylenko: Son meilleur rôle reste celui de la pub carte noir. Elle n’est pas à la hauteur dans Oblivion. Mention spéciale à Nikolaj Coster-Waldau, le gars qui joue le régicide sans Game of Thrones,  qui a beau avoir une gueule, n’a pas plus de 2 lignes de texte dans Oblivion. Dommage. Quant à Morgan Freeman, il est là mais il aurait pu être remplacé par n’importe quelle papi de 75 ans.

Une fin inutile: c’est une maladie de scénaristes / réalisateur américains. Il faut qu’il nous mette une petite couche de bon sentiment à la fin. j’exagère un peu concernant Oblivion car ça reste léger mais le film aurait gagné beaucoup en supprimant les 2 dernières minutes.

Maintenant que j’ai énuméré les points qui me semblaient perfectibles, j’espère que je ne vous ai pas pour autant dégoûté car Oblivion reste vraiment un bon film de SF. Visuellement très réussi, il nous plonge dans un univers d’anticipation crédible. La musique de M83 colle parfaitement et créée une réelle identité au film (un peu comme celle de Daft Punk dans Tron). Toutes les scènes d’actions (ou scènes clé du film) sont prenantes et parfaitement réalisées.

Oblivion à voir au cinoch pour passer un bon moment.

 

 

Julien

Je blogue, donc je suis. Pour en savoir plus sur moi, je vous invite à cliquer sur la page "qui suis-je".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *