Commande: Caméscope Sanyo Xacti HD2000

sanyo-hd2000

C’est le genre d’achat qu’on reporte sans cesse car les nouveautés affluent tous les 6 mois. Mais c’est comme tous les jouets technologiques… A ce rythme on achète jamais rien. Après beaucoup de recherche et surtout avoir bien cerné mes besoins, je me suis donc tourné vers le nouveau caméscope de chez Sanyo, le HD2000.

Les critères de sélections:

  • Petits, transportables facilement.
  • Prix serré (< 600€)
  • Stockage sur Carte
  • Mode HD 1080 Progressive avec un débit de 24 mbits si possible (rare)

Pour ce qui est de la qualité de l’image, je me suis appuyé sur les tests du modèle d’avant le HD 1010. Il semblerait que cette gamme de chez sanyo soit bluffante. Ce caméscope sort en France normalement avant la fin du mois. Il devrait se trouver aux alentours de 699€. Je l’ai trouvé en disponibilité sur Ebay pour 498€ FPI. J’ai hâte de recevoir la bête — Mise à jour: En exclu sur amazon pour seulement 591€, c’est une affaire!
Les caractéristiques du Sanyo HD2000

Résolution8 millions de pixel
Écran LCD2,7 inch
Format des données d’imagePhoto : JPEG, DCF, DPOF, EXIF Vers. 2.2
Son : AAC stéréo
Videoclip: MPEG-4 AVC/H.264
PhotométrieMulti spot
Mesure de la lumière multisections, mesure de la umière centrale, mesure de la lumière en un point
AudioMicrophone intégré (stéréo)
Capacité de stockageCarte SD (compatible avec SDHC)
Capteur d’image1/2,5 pouces CMOS, 8.100.000 pixels /
Résolution des prises de vue2.264 x 2.448 pixels (photo seulement)
2.288 x 1.712 pixels (photo)
640 x 480 pixels (photo)
1920 x 1080 (vidéo Full HD)
1280 x 720 (Movie Clips)
640 x 480 (Movie Clips)
Fréquence vidéoclip30 images par seconde
60 images par seconde
60 images par seconde
Balance du blancauto TTL
réglage manuel possible (5 modes)
Lentillef= 6.3-63 mm (correspond à 38 – 380 mm chez un appareil photo 35 mm)
zoom optique interne 10.0x
16x Advanced Zoom
DiaphragmeF= 1,8 (W) – 2,5 (T)
Régulateur d’expositionécran :(0 +/- 1,8 EV en pas de 0,3 EV)
Plage de mise au pointSupermacro : 1 cm (grand angle)
100 cm jusqu`apos infini (télé)
50 cm jusqu`apos infini
Obturateur (photo)1/2 to 1/1000s
Obturateur (vidéo)1/30 – 1/10.000 s.
SensibilitéPhoto : Auto (ISO 50-200)
Photo : Manuel (ISO 50/100/200/400/800/1600/3200)
Informations généralespoids et dimensions: 268 g, 90 x 54,5 x 112,6 (lxhxp)

Avis: Exposition Our Body à corps ouvert!

our-body

Aujourd’hui je suis allé voir l’expo Our Body, à corps ouvert à l’espace 12 Madeleine. En révélant toute la complexité du corps humain, cette expo nous permet d’avoir un regard de près et en 3 dimensions sur l’intérieur du corps. Le procédé utilisé s’appelle la Plastination. Les détails obtenus sont stupéfiants de précision. Tout les systèmes du corps (certains sont regroupés) sont segmentés et explorés.

L’exposition nous plonge tout de suite dans l’ambiance avec un corps découpé en tranche de 1cm de largeur dans le sens horizontal. On peut faire le tour et scruter en détails. On se rend compte tout de suite de l’efficacité du procédé. Les découpes sont nettes et précisés. C’est spectaculaire.

On navigue ensuite par espace, chacun dédié aux différents systèmes du corps humain: musculo-squelettique, digestif, urino-génital, nerveux, respiratoire et cardio-vasculaire.

L’accroche dès l’entrée nous promet qu’on ne verra plus notre corps pareil et ce n’est pas faux. On est fasciné par la complexité de cette machine et on prend aussi conscience de sa fragilité grâce à des installations pédagogiques passionnantes. On trouve notamment des poumons de fumeur (des bout de charbon), des tumeurs de l’utérus ou encore des prothèses articulaires (hanche et genoux).

système circulatoire des poumons

Le Parcours s’achève par le système cardio-vasculaire. J’ai trouvé ça superbe. Le procédé permet de voir chaque petits vaisseaux sanguins. On final on obtient un ensemble compact de la forme de l’organe dont il est extrait. Cela m’a tout de suite fait penser aux coraux qu’on trouve dans les lagons.

Vous l’avez compris, cette exposition m’a emballé. Fascinante et pédagogique sont les deux qualificatifs qui lui vont le mieux. A aucun moment, c’est glauque ou effrayant. D’ailleurs les enfants qui étaient là étaient curieux et intéressés. :smile:

L’exposition est visible jusqu’au 10 mai 2009 à l’espace 12 madeleine et au Parc Floral dans l’est parisien du 23 mai au 29 août 2009.

Toutes les infos sont disponibles sur le site : http://www.ourbodyacorpsouvert.com

Et pour finir en beauté…

Le saviez vous?

  • On utilise 14 muscles pour sourire et 43 muscles pour froncer les sourcils.
  • La masse musculaire représente en moyenne 40% du poids du corps humain.
  • Il y a 230 articulations dans le corps.
  • Quand on éternue, l’air expulsé atteint la vitesse de 160 kilomètres par heure.
  • Le cerveau envoie les informations à plus de 380 kilomètres par heure.
  • Les reins filtrent environ 1 500 litres de sang par jour.
  • Nous clignons des yeux environ 20 000 fois par jour.
  • Nous respirons 20 fois par minute, soit plus de 10 millions de fois par an et environ 700 millions de fois sur toute une vie.
  • Il y a 10 milliards de cellules nerveuses dans notre cerveau.
  • Mis bout à bout, l’ensemble des vaisseaux sanguins de notre corps mesurerait 100 000 kilomètres.
  • La toux déclenche une charge explosive d’air d’une vitesse de 96 kilomètres par heure.
  • Les bébés naissent avec 270 os, mais un adulte n’en possède que 206.
  • Les impulsions nerveuses qui vont et viennent de notre cerveau circulent à une allure de 274 kilomètres par heure.
  • Notre estomac doit produire une nouvelle couche de muqueuses toutes les deux semaines, sinon il se digèrerait lui-même.
  • Il faut une interaction de 72 muscles différents pour pouvoir parler.
  • Par rapport à sa taille, le muscle le plus fort du corps est la langue.
  • La surface de la peau humaine représente 2 mètres carrés.
  • 15 millions de cellules sanguines sont détruites chaque seconde dans le corps humain.
  • Le corps humain a besoin de 39 kilos d’oxygène par jour.
  • Le cœur humain bat environ 35 millions de fois dans une année.
  • Dans une vie, le cœur pompe l’équivalent d’1 million de tonneaux de sang.

our-body-ws

Avis: Trueblood Saison 1

trueblood 1

mise à jour : J’ai fini la saison entièrement et je dois admettre qu’elle gagne en intensité et en complexité au fur et à mesure des épisodes. Un bon point pour Alan Ball qui arrive à nous faire envier True Blood saison 2 :cool:

Ceux qui suivent l’actualité des séries US n’auront pas manqué le marketing autour de la nouvelle série de Alan Ball – le créateur de Six Feet Under – TrueBlood. Je ne suis pas spécialement branché vampire mais j’étais curieux de voir ce que le génial auteur de SFU allait faire d’un tel sujet… TrueBlood nous plonge dans un monde où les vampires vivent parmi les humains grâce à une nouvelle boisson à base de sang appelée trublood .

Le parti pris d’Alan Ball est de nous situer l’histoire dans une Amérique populaire de l’état de Louisiane. On suit 5 personnages principaux: La blonde vierge mais pas farouche fascinée par les vampire; son frère obsédé sexuel au QI de mouche; le boss du rade du coin amoureux de la blonde; un vampire qui porte un prénom ridicule (bill); une black – à l’accent terroir américain tendance chewing-gum – meilleure amie de la blonde et amoureuse de son obsédé de frère et enfin le frère de cette dernière, cuistot gay et dealer de “V” – le sang des vampires. Pfiou je ne sais pas si vous avez tout suivi ;)

Le personnage principale, à savoir la vierge, est une cruche. Son frère est carrément con. Le vampire n’a d’intérêt que d’être vampire. Il n’a pas le quart du charisme d’un Lestat par exemple (le vampire incarné par Tom Cruise dans “entretien avec un vampire). Les effets spéciaux sont un peu cheap… Le tout sonne plus comme un genre de Buffy amélioré qu’autre chose. Quel dommage! Les personnages secondaires deviennent plus intéressants à mesure des épisodes – c’est inversement proportionnel à la blonde qui j’avoue pourrait mourir d’un coup qu’on ne s’en plaindrait pas.

Au travers de Trueblood, on sent qu’Alan Ball a voulu dénoncer toutes les formes de discrimination. Mais justement, on le sent trop. Ce n’est pas très fin. Et quelques dialogues frôlent le ridicule. Les auteurs ont aussi décidé de finir tous les épisodes par un cliffhanger. (fin ouverte visant à créer un fort suspense.) C’est idiot car le suspens n’est pas franchement insoutenable :lol: et le procédé est tolérable seulement s’il est utilisé parcimonieusement :roll:

Malgré tout ça, on s’attache suffisamment à Trueblood pour avoir envie de voir la saison compléte une fois passés les 2 premiers épisodes. Sans doute parce que c’est fait avec une certaine intelligence. Alan Ball nous a tout de même éviter Buffy et l’ambiance de cette louisiane humide et poisseuse est parfaitement retranscrite. On retouve aussi le côté Sexe/Drogue propre à A. Ball. Le succès de la série est très mitigée et HBO qui comptait dessus pour remonter face à showtime ou fox tv aura biendu mal. S’il y a une saison 2, j’espère qu’elle sera plus noire et plus complexe que la saison 1. :twisted: La saison 1 est définitivement trop tiède :sad:

—————-

  • Note:
  • Nombre de saisons : 2
  • Nombre d’épisodes: 24
  • Durée: 55 minutes

Quelques infos sur desperate housewives saison 5

desperate housewives 5

Aucun spoiler, ne vous inquiétez pas, mais quelques petites infos marrantes ou insolites sur la saison 5 de desperate housewives qui sera diffusée sur canal+ à partir de jeudi 2 avril.

  • Tous les titres des épisodes de cette cinquième saison sont tirés de chansons de comédies musicales signées Stephen Sondheim
  • Le 1″ème épisode titré “La meilleure chose qui puisse arriver” est aussi le 100ème de la série.
  • La scène inratable et très médiatisée de la saison est le baiser fougueux entre deux desperates housewives.
  • Marc Cherry – le créateur de Desperate Housewives – apparait dans le dernier épisode de la saison 5.

Quelques statistiques sur cette saison:

  • Il y 9 morts dans l’ensemble de la saison
  • 21 scènes au lit
  • 1 jour de pluie (les veinards!)
  • 7 cuites, dont 4 pour Susan
  • 3 évocations de la France.

Nombre de tenues par épisode (en moyenne)

  • Bree: 5
  • Edie: 5
  • Susan: 4
  • Lynette: 3
  • Gabrielle: 2

Enfin sachez que vous n’êtes pas prêt de ne plus voir vos héroïnes préférées puisque la série est au moins programmée de façon sûre jusqu’en 2013! En revanche le personnage de Edie va disparaitre, la comédienne ayant été évincée de la série. (la chaine voulait faire des économie!)

Attention! Arnaque sur Ebay

ebay

Comme vous le savez sûrement, je vends pas mal de choses sur Ebay. C’est un bon moyen de renouveler son matériel à faible coût! Mais hier j’ai eu le droit à une magnifique tentative d’arnaque et je tenais absolument à partager l’info.

Si ça peut éviter à certains de se faire avoir, tant mieux! Voilà comment ça se passe:

J’ai mis en vente un caméscope sur ebay.
Tout se passe normalement jusqu’au dernier moment ou un enchérisseur mets un prix très élevé.
Cet enchérisseur à des caractéristiques particulières que vous devez savoir repérer :

  • Il vient de s’inscrire sur ebay, c’est à dire le jour même ou il a mis son enchère, juste avant la clôture.Il a un profil confidentiel.Je reprends donc l’histoire.
  • Cet enchérisseur mystère a mis une enchère tellement élevée (et disproportionnée) que personne d’autre n’a pu suivre.

Vu les faits, je suis plus que suspicieux à ce moment et je décide de contacter l’acheteur. Je lui envoie un email, lui disant que son profil douteux me fait penser à une arnaque et si je ne suis pas payé par paypal dans la soirée, j’annule tout.
Étonnamment, j’ai une réponse rapide me confirmant l’achat et le paiement par paypal… Mais elle est en anglais!

Et c’est là que ça devient vraiment hallucinant et plutôt bien fait.

2 heures après je reçois un email m’annonçant que j’ai reçu un paiment sur mon paypal. Le montant est exorbitant car les frais d’envois sont largement supérieur à ceux que je demandais (sans parler du prix d’achat absurde). L’email est très bien fait. Un exemple parfait de phishing réussi. Logo paypal et facture crédible. C’est même un peu trop. Une minute après je reçois un email comme quoi le paiement a été approuvé. C’est totalement bidon puisque paypal envoie qu’un seul email. En lisant attentivement l’email, on comprend que l’argent sera débloquée et visible sur mon compte quand j’aurai envoyé l’objet et montrer le bordereaux d’expédition…

Bref, vous avez compris, le but est de me faire envoyer un objet pour lequel je ne serai jamais réellement payé. Une superbe arnaque qui a certainement déjà marché auprès des utilisateurs novices et peu attentifs.

J’ai tout de suite ouvert un litige sur Ebay et Ô surprise l’utilisateur n’était déjà plus membre d’ebay. Le compte a donc été ouvert et fermé en l’espace de 3 heures.
Au final, cette arnaque m’aura tout de même couté du temps et de l’argent (frais d’insertion ebay) et je dois renouveller l’enchère.

Je résume les points importants qui doivent vous faire tilter:

  • L’utilisateur a un profil confidentiel et il est tout juste inscrit
  • Le prix d’achat est disproportionné – vous pensez avoir toucher le jackpot!
  • Vous recevez un email se faisant passé pour paypal (le mien venait soit disant de service@paypal.fr mais le retour était en fait à “paydeskcentre@europe.com” qui lui même n’existe pas non plus.)

Une bonne solution pour éviter les surprises est de vérifier directement sur votre compte paypal si vous avez bien toucher l’argent.

Si vous aussi, vous avez eu ce genre de mésaventures, n’hésitez pas à en parler ci-dessous.

Critique: Watchmen

watchmen

J’ai tout juste eu le temps de commencer le comic book mais déjà la première remarque que je peux faire, c’est que le film y est très fidèle. C’est quasiment plan par plan le comic book qui peut, du coup, être lu comme un story board.

Et ce n’est pas peu dire. Car si watchmen avait la réputation d’un comic impossible à adapté au cinéma, ce n’est pas pour rien et maintenant que j’ai vu le film, je comprends l’ampleur de la tâche. De ce point de vue, le film est une réussite. Zack Snyder confirme son talent de metteur en scène. Il nous plonge dans une Amérique post guerre du Vietnam à la fois crédible et abstraite.

Les super héros malgré leur costume old school s’en tirent bien. Et incroyable mais vrai, même le docteur Manhattan évite le ridicule, ce qui, pour un mec bleu luminescent qui se balade à poil tout le film, force l’admiration.
L’autre gros point positif de Watchmen, c’est le ton tout le long du film. Très loin des clichés habituellement servis dans les films de super héros, il est sombre, à la mesure des watchmen qui ont des faiblesses bien humaines (voire parfois des tendances psychopathes).

Malgré tout, l’impression à la sortie de la salle est mitigée. D’abord, le film est long. Il dure 2h40 et je pense qu’il aurait gagné à perdre quelques minutes (au moins 20). Certaines scènes sont superflues (le sauvetage de l’incendie) et d’autres “too much” (le final de la scène câlin).

Ensuite, les personnages ne sont pas tous égaux en “qualité de finition”. Par exemple je trouve que Adrian Veidt / Ozymandias n’a pas du tout la tête de l’emploi. Déception aussi du côté de Laurie Juspeczyk / Le Spectre Soyeux… qu’on ne voit pas assez en tenue latex moulante Les personnages les plus réussis sont pour moi Rorschach, le comédien et dr Manhattan.

Au final Watchmen m’aura impressionné par sa qualité de mise en scène, séduit par son côté sombre et cru mais ne m’aura pas fait vibrer une seconde, (contrairement à The Dark Knight par exemple), sans doute en partie à cause de ses personnages auxquels on ne s’attache pas. Il n’en reste pas moins un bon film de divertissement.

—————

  • Watchmen
  • durée: 2h40
  • note:

Critique: Wall-E

wall-e

Wall-E est visuellement impressionnant. Au moment où Dreamworks commençait à rattraper un peu son retard sur Kung Fu Panda, Pixar lui met encore une longueur d’avance dans les dents. Certaines textures sont bluffantes de réalisme et l’animation fluide est superbement réalisée.

Le pari de Pixar sur ce long métrage était d’arriver à faire un dessin animé rythmé et prenant alors que les dialogues sont réduits à 3 échanges synthétisés. Le pari est largement réussi. On ne s’ennuie pas une seconde. On suit les aventures de ce petit robot avec attention – il est hyper humain – plus humain d’ailleurs que les humains eux mêmes. Pixar a choisi de les représenter tous semblables ou presque et franchement moches. Pas de doute la vraie star de Wall-E, c’est Wall-E – et bien sûr EVE, la super robot dont il tombe amoureux.

Et oui, Wall-E, c’est une histoire d’amour! Il fallait oser le faire, à l’heure où les bambins sont plus nourris de kung fu que d’histoires romantiques. Wall-E est mignon, attendrissant (ma femme aurait voulu l’adopter c’est sûr!), maladroit, drôle, romantique et courageux mais jamais le film bascule dans la mièvrerie.

L’autre thème de Wall-E, c’est la fable écologique (La terre n’est plus habitable à cause des Hommes). Mais on est pas non plus face à un film de propagande de Greenpeace – Non c’est juste ce qu’il faut. On peut peut être seulement reprocher à wall-e de ne pas offrir plusieurs niveaux de lectures.

Finalement mon seul regret, est de ne pas avoir eu le droit à la projection du court métrage que Pixar a l’habitude de proposer avant ses longs (avec Wall-E normalement c’est un court métrage appelé PRESTO). Sûrement un choix de la part du cinéma où je suis allé.

  • note:

Critique: Morse

morse

MORSE s’annonçait comme un film de vampire pas comme les autres. Je l’ai vu hier et effectivement, il est surprenant à plus d’un titre. Oubliez les vampires à l’américaine. Ici vous êtes plongé dans le froid hivernal de la suède et la pâte scandinave ne s’arrête pas là. Morse met en scène une histoire d’amour qui pourrait être classique à ceci prêt qu’elle met en scène 2 enfants d’une douzaine d’année (enfin pour une des 2 en tout cas ). Par ce biais, le réalisateur – Tomas Alfredson – nous propulse dans un monde cruel abordé avec un regard d’une maturité étonnante tout en préservant une certaine innocence.

La réalisation, tout en finesse, suggère plus qu’elle ne montre. Mais c’est efficace. La tension est bien présente et va même crescendo malgré un rythme plutôt lent. L’interprétation des 2 enfants sonne juste. Le monde des adultes dépeint en arrière plan n’est pas reluisant. La fin du film – non ne vous inquiétez pas, je ne fais pas de spoiler – est libératrice et confirme le ton de liberté qui est présent tout le long du film. Ça fait un bien fou de sortir des cliché sur le sujet. Je suis sûr que les amateurs de Vampires ne regrettront pas d’aller voir Morse.

A noter que une fois de plus, les américains n’ont pas pu s’empêcher de faire un remake (Let the Right One In) qui devrait sortir en 2010. Je prends le pari maintenant que ce remake sera 100 fois inférieur :evil:

Critique: Vicky Cristina Barcelona

vicky cristina barcelona

Synopsis:

Vicky et Cristina sont d’excellentes amies, avec des visions diamétralement opposées de l’amour : la première est une femme de raison, fiancée à un jeune homme respectable ; la seconde, une créature d’instincts, dénuée d’inhibitions et perpétuellement à la recherche de nouvelles expériences sexuelles et passionnelles.
Lorsque Judy et Mark, deux lointains parents de Vicky, offrent de les accueillir pour l’été à Barcelone, les deux amies acceptent avec joie : Vicky pour y consacrer les derniers mois de son célibat à la poursuite d’un master ; Cristina pour goûter un changement de décor et surmonter le traumatisme de sa dernière rupture.
Un soir, dans une galerie d’art, Cristina “flashe” pour le peintre Juan Antonio, bel homme à la sensualité provocante. Son intérêt redouble lorsque Judy lui murmure que Juan Antonio entretient une relation si orageuse avec son ex-femme, Maria Elena, qu’ils ont failli s’entre-tuer

Mon Avis:

Depuis le mois de mai que j’attendais ce film, j’étais ravi de me retrouver dans la salle de cinéma hier soir devant le dernier Woody Allen. Je suis plutôt bon public quand il s’agit de Woody Allen mais le dernier scoop m’avait un peu déçu, surtout par rapport à Match Point. Bref, nouveau woody, nouvelle ville – Barcelone – et un casting d’enfer! Scarlett Johansson, Rebecca Hall, Javier Bardem, Penélope Cruz. La question était de savoir si le film allait tenir ses promesses.

La réponse est sans équivoque: OUI! Vicky Cristina Barcelona est une petite merveille. La réalisation est sobre et élégante. L’image tire vers les ocres/jaunes comme pour souligner la chaleur de Barcelone.

Le casting est parfait. Javier Bardem qui m’avait beaucoup impressionné dans No Country for Old Men tient parfaitement son rôle de séducteur charismatique. Scarlett Johansson nimbe, de sa sensualité et de sa naturelle perversité naïve, le film. Pour le côté sulfureux, vous avez Penelope Cruz – tempérament de feu si bien interprété qu’on se demande à quel point il est simulé . Quant au personnage de Vicky, il est très bien interprété par une autre très jolie actrice que je ne connaissais pas, Rebecca Hall.
Rien que le casting devrait déjà vous avoir convaincu d’aller voir ce film
Avec Vicky Cristina Barcelona, Woody Allen fait d’un apparent “simple marivaudage”, une réflexion profonde (voire philosophique) et jubilatoire sur l’Amour. Je parie d’ailleurs que, comme moi, vous prolongerez le film par une discussion sur le couple, le sexe et l’amour C’est toujours juste et même si, au final, Woody Allen reste sur une vision plutôt cynique, on sort de ce film avec un léger sourire. Une prouesse, aux vues des situations dramatiques que vivent les protagonistes, sûrement du au réalisateur et à ses acteurs.
Vicky Cristina Barcelona est un très bon Woody Allen à ne pas manquer!

Newer posts